Express Scripts Canada – Survol des tendances de 2013 en matière de médicaments

Express Scripts Canada (ESC), l'un des plus importants fournisseurs de service de gestion de régime de santé, rédige depuis 2002 un rapport annuel sur les tendances en matière de dépenses pour les médicaments. Tous les ans, ce rapport examine les tendances en matière de médicaments classiques et spécialisés dans le but de comprendre les principaux indicateurs et d'autres facteurs de sorte que les payeurs privés puissent prendre les mesures qui s'imposent pour obtenir des résultats avantageux pour tous les intervenants.

Les médicaments classiques, qui servent à traiter des problèmes de santé chroniques courants, sont relativement faciles à administrer et à contrôler, et leur coût est comparativement moindre.  Les médicaments spécialisés servent à traiter des problèmes de santé graves et complexes comme le cancer, la sclérose en plaques et les cas graves d'arthrite rhumatoïde. En moyenne, le coût d'un médicament spécialisé est 28 fois supérieur à celui d'un médicament classique.

La plus récente publication d'ESC, le Rapport de 2013 sur les tendances 2013 en matière de médicaments, a confirmé qu'en dépit d'une légère baisse de 0,73 % en 2012, les dépenses globales pour les médicaments sont encore une fois à la hausse au Canada (+1,3 %).
 
L'utilisation accrue de médicaments spécialisés a nettement gonflé les dépenses globales pour les médicaments en 2013 et continuera à être un facteur clé dans le futur. Les dépenses pour les médicaments spécialisés ne représentent que 1,3 % des demandes de règlement, mais elles continuent à croître, tout comme les dépenses globales pour les médicaments en constante augmentation, passant de 13,2 % en 2007 à 24,2 % en 2013. Au nombre des facteurs de cette hausse, mentionnons une administration accrue de médicaments en consultation externe et à la maison, l'approbation et la mise en marché de plusieurs nouveaux médicaments spécialisés.

Les dépenses pour les médicaments classiques ont chuté de 1,2 % en 2013, car bien que le nombre d'ordonnances ait augmenté, le coût par ordonnance a diminué. La réduction du coût par ordonnance est principalement attribuable à la baisse du prix des médicaments génériques découlant des réformes provinciales relatives à la tarification et de l'accessibilité de ces produits. De plus, grâce aux mesures de contrôle qu'exercent les régimes de santé, telles que la substitution obligatoire de médicaments génériques, le coût par ordonnance a été réduit.  

Les autres conclusions importantes de l'étude comprennent les points suivants.

•    Jusqu'à 1 $ par tranche de 3 $ dépensés pour les médicaments se gaspille en raison de mauvaises décisions de la part des patients. Les patients continuent à utiliser des médicaments plus chers alors que des produits moins coûteux offrent les mêmes bienfaits pour la santé. Par ailleurs, ils utilisent des modes de distribution coûteux, ne font pas une utilisation optimale d'intervalles de prescription et, bien souvent, ne respectent pas la posologie des médicaments d'ordonnance. 

•    Les outils de gestion des régimes de santé à l'égard de médicaments classiques d'ordonnance étant mal adaptés pour aider les patients à prendre de meilleures décisions, il s'ensuit des coûts inutilement élevés et un transfert de ces coûts de l'employeur aux employés. De nouvelles stratégies s'appuyant sur la science comportementale permettent d'aider les patients à prendre de meilleures décisions, ce qui contribue à la baisse des coûts et améliore la santé.

Veuillez surveiller la publication du numéro de septembre de nos Faits saillants sur les avantages sociaux où vous trouverez d'autres renseignements sur les pertes liées aux dépenses pour les médicaments et pourquoi la récupération de ces pertes assurera que la couverture pour les frais de médicaments demeure abordable pour les promoteurs de régime, tout en optimisant la santé des travailleurs, la productivité et la compétitivité.