En 2021, quelle est la première chose qui vous vient à l’esprit lorsqu’il est question de littératie financière? Pour moi, c’était l’incertitude liée à la politique et à la pandémie, et la façon dont cette incertitude pouvait avoir une incidence sur nos objectifs d’épargne, et ce, tandis que l’immobilier, l’inflation et l’emploi étaient tous des sujets brûlants devenant plus chauds de jour en jour. Cependant, mon état d’esprit a rapidement changé, un jour au début du mois de septembre, alors que je venais d’aller reconduire mes enfants à l’école. En effet, dans un reportage à la radio, on a révélé que selon CPA Canada, les Canadiens avaient perdu 106,4 millions de dollars en raison de fraudes en 2020 (soit 10 millions de plus qu’en 2019)1.

À ce moment, je ne savais pas si j’avais bien entendu cette statistique, alors par pure curiosité, j’ai fait une recherche sur Google en arrivant à la maison; j’ai alors découvert que oui, c’était bien vrai. Ça a été pour moi un véritable choc. Bien que je connaisse beaucoup de gens, y compris moi-même, qui ont été la cible de tentatives de fraude, personnellement, je ne connais personne qui a été victime de fraude financière, ou du moins personne qui n’aurait pas honte de l’admettre. Les fraudeurs tirent parti de l’occasion d’utiliser la peur de l’inconnu causée par la COVID-19 pour cibler leurs victimes avec des moyens plus complexes, et ces tactiques se poursuivent en 2021.

Nous pouvons bien nous moquer des appels automatisés nous demandant, dans un anglais laborieux, de payer une pénalité à l’Agence du revenu du Canada (souvent au moyen de cartes‑cadeaux Google Play), faute de quoi nous risquons une peine d’emprisonnement. Il n’en reste pas moins que les courriels et le télémarketing sont les méthodes les plus fréquemment utilisées pour perpétrer des tentatives de fraude, le tout déguisé en publicité ou sous la forme d’un piège à clics, demandant la plupart du temps une action urgente2.

Les conditions parfaites

En ce qui concerne les tentatives de fraude en ligne, l’entreprise de détection de la fraude DataVisor révèle trois facteurs importants qui ont entraîné la récente augmentation des signalements à cet égard :

  • Un passage massif des transactions hors ligne vers les transactions en ligne dans le secteur de la vente au détail.
  • La transition rapide vers le travail et l’école à distance, dans le cadre de laquelle des lacunes en matière de sécurité sont inévitablement apparues vu le manque de préparation.
  • La croissance continue de l’utilisation d’appareils mobiles pour le magasinage et les services bancaires.

La fraude numérique, sur les plateformes financières comme les applications et les sites Web bancaires et de vente au détail, consiste principalement en des tentatives de « prise de contrôle du compte » lors desquelles l’auteur vole des justificatifs d’identité bancaires ou prend discrètement le contrôle d’autres comptes. Dans une telle situation, il est possible qu’une multitude d’achats s’ensuive, des achats qui, malheureusement, ne seront pas les vôtres3.

La fraude d’identité est également devenue beaucoup plus sophistiquée. Avez-vous déjà reçu un appel téléphonique d’un numéro inconnu, pour ensuite le rappeler et entendre une personne perplexe vous dire qu’elle ne vous a jamais appelé? Il m’est arrivé d’avoir des retours d’appels de la part de gens agacés qui me demandaient pourquoi je les appelais à répétition alors qu’en fait, je ne les avais jamais appelés, et ce, même si leur fonction d’affichage du numéro appelant montrait mon numéro. C’est que les criminels ont exploité une technique appelée : « mystification ». Cette technique permet d’imiter l’utilisation d’un appareil physique ayant été « débridé » afin d’obtenir les mêmes permissions et renseignements personnels auxquels les criminels auraient eu accès s’ils avaient tenu votre appareil entre leurs mains4. La mystification a de nombreuses utilisations et elle a pour but de créer de la confusion tout en maintenant une certaine légitimité aux yeux de la victime.

Bien qu’il soit moins touché, le monde de l’investissement n’est pas à l’abri des activités frauduleuses. Il est peut-être surprenant de constater que l’étude de 2020 sur l’indice ACVM (Autorités canadiennes en valeurs mobilières) des investisseurs montre que, de façon générale depuis 2006, la fréquence des cas de victimisation liée à la fraude en matière d’investissement est demeurée stable. Cependant, l’âge des victimes de fraude diminue. En effet, les cas de fraude chez les personnes de moins de 35 ans augmentent de façon constante. Il y a un lien étroit entre l’âge et les sources d’information utilisées; ainsi, les jeunes répondants étaient moins susceptibles d’avoir uniquement recours à leur banque ou à leur conseiller, et plus susceptibles d’avoir exclusivement recours à des sources de tierces parties. Ils étaient également beaucoup plus susceptibles de consulter des sources provenant des médias sociaux pour trouver de l’information sur l’investissement. En outre, même si les proches (amis, famille, collègues) des auteurs de tentatives de fraude relatives à l’investissement représentent un faible pourcentage (15 %) des personnes ayant été victimes de telles fraudes, 31 % des répondants en question ont déclaré avoir fait l’objet d’une fraude de la part d’une personne de confiance avec qui ils avaient une relation personnelle étroite. Par ailleurs, en ce qui concerne les personnes âgées, les formes les plus courantes de fraude étaient les prêts non remboursés, l’utilisation abusive de comptes bancaires et la pression exercée sur ces personnes pour qu’elles donnent des cadeaux monétaires5.

Se protéger de la fraude financière

Comment pouvons-nous nous protéger, protéger nos familles et protéger nos finances d’une manière simple et compréhensible?

  • En parler. Parlez ouvertement à vos proches au sujet de la fraude et des stratégies couramment utilisées par les fraudeurs, et offrez-leur de les guider en cas d’incertitude. Plus ces discussions seront fréquentes, plus nous aurons de sécurité.
  • Ne faites pas fi de votre courrier! Vérifiez régulièrement vos relevés bancaires, vos factures de carte de crédit, etc., que vous les receviez en version papier ou par voie électronique. Une analyse rapide peut révéler des transactions potentiellement frauduleuses.
  • Faites preuve de prudence lorsqu’il s’agit de donner vos renseignements personnels. En ligne, limitez-vous aux sites Web et aux détaillants de confiance et soyez prudent au moment de fournir vos renseignements personnels. Bien qu’il soit souvent difficile de le déceler, certains détaillants en ligne offrent des aubaines tout simplement trop belles pour être vrais et légitimes.
  • Méfiez-vous des numéros inconnus. Évitez la communication lorsqu’il s’agit de numéros inconnus (appels téléphoniques ou messages textes).
  • Mettez vos mots de passe à jour régulièrement. Modifiez fréquemment vos mots de passe principaux (notamment si vous estimez qu’ils ont été compromis) et conservez-les dans un endroit sûr.
  • Travaillez avec un professionnel. Pour vos investissements personnels et votre planification de retraite, protégez-vous en travaillant avec un conseiller ou un planificateur financier fiable et réputé dans le cadre du programme d’épargne offert par votre employeur ou votre institution bancaire.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur la façon dont vous pouvez vous protéger contre la fraude, communiquez avec votre conseiller de Cowan.

Sources :
1, 2 Les Canadiens, mieux informés sur la fraude, doivent rester vigilants, révèle un sondage (cpacanada.ca)
3, 4 Digital Fraud Jumps Dramatically Due to COVID-19 Pandemic, Increased E-Commerce and Digital Banking Traffic (CPO Magazine) [en anglais seulement]
5 Indice ACVM des investisseurs 2020 (autorites-valeurs-mobilieres.ca)